Voltaire Voltaire a dit du Malade imaginaire : « C’est une de ces farces de Moliere dans laquelle il y a beaucoup de scenes dignes en haute comedie. »

Voltaire Voltaire a dit du Malade imaginaire : « C’est une de ces farces de Moliere dans laquelle il y a beaucoup de scenes dignes en haute comedie. »

Geoffroy Geoffroy a devoile a le tour avec de nombreux raison, en qui repond a Voltaire : « il convient revenir ce jugement. Notre Malade imaginaire n’est point une farce, c’est une excellente comedie de caractere, ou l’on deniche, a Notre verite, deux scenes qui se rapprochent de la farce ; et meme, si la piece etait jouee decemment et sans charge, comme elle devra l’etre, il n’y aurait qu’une scene de farce, celle du deguisement de Toinette en medecin. Dans votre piece, qu’on voudrait fletrir du nom de farce, on voit combien l’amour desordonne de la vie est destructeur de toute vertu morale. Argan, voue a Notre medecine, esclave de M. Purgon, est aussi un epoux sot et dupe, 1 pere injuste, un homme dur, egoiste, colere. Avec quelle chatki profil energie et quelle verite l’auteur trace le tableau des caresses perfides d’une belle-mere qui abuse de la faiblesse d’un imbecile mari pour depouiller des enfants de pallier lit ! Quelle decence, quelle raison ! quelle fermete dans le caractere d’Angelique ! Cette comedie est l’image fidele de ce qui se passe au sein d’ un grand nombre de familles. Enfin l’auteur a ose y attaquer un des prejuges les plus universels et les plus anciens une societe ; il a ose y combattre les deux passions qui font le plus de dupes, la crainte une fond et l’amour une vie : il a bien pu des persifler, mais, helas ! Continue reading “Voltaire Voltaire a dit du Malade imaginaire : « C’est une de ces farces de Moliere dans laquelle il y a beaucoup de scenes dignes en haute comedie. »”